Es-tu bienveillant(e) envers les autres ?

La Pensée du mois : Avril 2017

La bienveillance est définie dans le dictionnaire comme étant la capacité à se montrer indulgent, gentil et attentionné envers autrui d’une manière désintéressée et compréhensive.

Pour se rapprocher un peu plus de la réalité biblique du mot bienveillance, il nous faut partir de son étymologie en hébreux (hésed) et en grec (philantropia) qui a donné en français : philanthropie, terme très évocateur.

Ceci nous conduit tout de suite à mesurer la longueur, la largeur, la profondeur, et la hauteur  de ce mot. En effet les mots hésed et philantropia nous amènent à comprendre que le mot bienveillance au sens biblique se substitue aisément à : amour, grâce, miséricorde, compassion ou encore bonté manifestée envers autrui.

Nous pouvons alors comprendre pourquoi Dieu dit qu’il prend plaisir à la bienveillance, comme le rappelle le Seigneur Jésus aux pharisiens dans Matthieu 12 :7 « Si vous saviez ce que signifie : Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices, vous n’auriez pas condamné des innocents »

C’est par bienveillance à l’égard de l’homme que Dieu a envoyé son Fils unique engendré mourir à la croix du calvaire. Ainsi Dieu est celui qui a accompli à la perfection la bienveillance selon « son bienveillant dessein » comme le disent les écritures dans Ephésiens 1 : 5 « Nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus Christ, selon le bon plaisir de sa volonté » et 9 « nous faisant connaître le mystère de sa volonté, selon le bienveillant dessein qu’il avait formé en lui-même »

C’est pourquoi aujourd’hui, il nous demande à nous aussi d’être bienveillants les uns envers les autres, de désirer ardemment les intérêts des autres et de les faire passer avant nos propres intérêts Philippiens 2 : 4 « Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres », comme Dieu n’a pas regardé à ses intérêts mais aux nôtres. Ayons donc ces pensées-là qui étaient en Dieu.

Même ce en quoi Dieu prend plaisir a disparu, laissant place à la méchanceté, l’individualisme, les animosités de tout genre, l’égocentrisme, l’indifférence à la douleur des autres, les calomnies, les médisances, la non-assistance, les querelles et des guerres intestines…

Si Dieu, notre Père céleste, est riche en bienveillance Néhémie 9 : 17 « ils refusèrent d’obéir, et ils mirent en oubli les merveilles que tu avais faites en leur faveur. Ils raidirent leur cou ; et, dans leur rébellion, ils se donnèrent un chef pour retourner à leur servitude. Mais toi, tu es un Dieu prêt à pardonner, compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté, et tu ne les abandonnas pas », comment sommes-nous devenus si pauvres en bienveillance ? Comment sommes-nous devenus à ce point des personnes dépourvues de compassion les uns les autres ?, avec les regards tournés vers nos seules préoccupations et non celles des autres, avec des jugements hâtifs lorsqu’ils passent par des moments de douleur plutôt que de les soutenir et leur témoigner de la bonté.

Observez les affluents qui sans se soucier de tarir un jour, préfèrent alimenter continuellement  les mers et les océans. Comme le dirait l’Apôtre Paul, la nature elle-même nous enseigne à vivre les uns pour les autres, à s’offrir aux autres dans l’église du Dieu vivant comme les fleuves s’offrent à la mer.

Alors, es-tu bienveillant(e) envers les autres ?

Prions donc, que la bienveillance soit notre partage, que nous en soyons richement pourvus, pour qu’en nous Dieu notre Seigneur prenne plaisir et se glorifie.

L’Equipe de LPV

>> Nous vous encourageons à adresser vos commentaires via notre page contact et/ou nous demander les réflexions sur les pensées mensuelles proposées.

« Si Dieu le veut », d’accord, mais le veut-il ?

quelle-direction

La Pensée du mois : Octobre 2016

Actes des Apôtres 

« Tes oreilles entendront derrière toi la voix qui dira : Voici le chemin, marchez-y ! Car vous iriez à droite, ou vous iriez à gauche. » (Esaïe 30:21)

L’inch’allah de l’arabe a son équivalent en français, « si Dieu le veut » et au-delà de la langue, on le trouve dans bien des cultures. C’est le reflet d’une croyance liée à la prédestination pensant que tout est écrit d’avance. Est-ce que le Dieu de la Bible n’aurait pas créé l’homme libre ? Pourtant le texte biblique parle souvent des projets que Dieu a pour nous, de ses plans, de ses choix. On parle de son omniscience, celui qui connaît tout. De multiples prophéties s’accomplissent sous nos yeux encore. Que penser ?

L’homme est prêt à croire aux diseurs de bonne aventure, chiromanciens, astrologues de tout poil et vit en contrepartie dans la crainte de la réalisation des prédictions qui lui ont été faites. Dieu annonce qu’il a pour nous des projets de paix et non de malheur (Jérémie 29:11). Pouvons-nous connaître plus précisément ses desseins ?

Tout au long de votre lecture du livre des Actes des Apôtres, vous allez voir comment Dieu sait révéler des choses cachées que lui seul connaît. Il ne s’agit pas de s’approcher de Dieu pour découvrir les résultats du loto, bien sûr, mais pour le connaître lui d’abord et ensuite, dans notre marche avec lui, découvrir ses choix pour nous. Dans Jean 10, Jésus fait des affirmations on ne peut plus claires à propos de ses brebis : elles le connaissent, elles le suivent, elles entendent sa voix… Déjà par la bouche du prophète Esaïe la promesse est faite (30:21).

Découvrez combien de fois de telles révélations se produisent dans le livres des Actes des Apôtres. Vous avez par l’exemple de Pierre au chapitre 5 qui sait qu’un dénommé Ananias ment, Paul apprend qu’il ne doit pas aller en Asie au chapitre 16…

Vous verrez, Dieu veut nous conduire par son Esprit. Ses choix sont les meilleurs pour nous car s’il est notre Créateur, il sait tout de nous et ce qui est bon pour nous.

Eugène RARD – Missionnaire de Semer

>> Nous vous encourageons à adresser vos commentaires via notre page contact et/ou nous demander les réflexions sur les Pensées mensuelles des livres proposées.

Quel est le dernier miracle dont vous avez été le témoin ?

Le paralytique

La Pensée du mois : Août 2016

Livre de Marc 

« Si quelqu’un croit en moi, il fera lui aussi les actions que je fais. Cette personne fera même des actions encore plus grandes parce que je vais près du Père. » (Jean 14:12)

Jésus a promis à ses disciples d’être animés de la puissance de Dieu, d’être utilisés pour que des miracles s’accomplissent, de voir sa gloire dès ici-bas. Combien de fois cela s’est-il produit dans ta vie ? Oui, beaucoup d’entre nous ont été l’objet de miracles, c’est vrai, mais combien en ont été l’instrument ?

Les miracles se produisent rarement tout seul. Ce sont des paroles empreintes de foi, inspirées par le Saint Esprit qui vont susciter la foi chez la personne qui va être l’objet du miracle quand elle va agir selon ce qui lui est dit. Regardons comment ils se produisent dans cet évangile, il nous en rapporte un grand nombre :

Chapitre 1 : Le lépreux se jette aux pieds de Jésus et Jésus lui parle.

Chapitre 2 : Quatre personnes amènent le paralytique jusqu’au pied de Jésus en le faisant passer par le toit ! Jésus parle au paralytique qui obéit.

Chapitre 3 : Jésus parle à l’homme à la main paralysée et il obéit.

Chapitre 4 : Jésus parle à la tempête et elle obéit.

Chapitre 5 : Le démoniaque se prosterne devant Jésus qui ordonne aux démons de le quitter.

Chapitre 6 : Jésus reçoit 5 pains et 2 poissons et les multiplie au point qu’une foule est nourrie.

Que de miracles et de signes ! Comptons les miracles rapportés dans cet évangile, c’est impressionnant ; ils ne se produisent pas tous de la même manière mais la parole et l’action sont prépondérantes pour chacun. Au chapitre 11, Jésus enseigne à ses disciples ce qu’est cette foi agissante et son principe. Nourrissons-nous, lisons ces livres qui viennent nous fortifier dans ce domaine (« Pourquoi j’annonce Jésus-Christ » aux éditons Semer par exemple), osons l’audace de la foi. Il nous appartient d’agir par la foi et de grandir, ce n’est pas Dieu qui va le faire à notre place.

Ne nous laissons pas gagner par la crainte mais soyons ces témoins en vérité et animé de l’Esprit, le monde qui nous entoure nous attend.

Eugène RARD – Missionnaire de Semer

>> Nous vous encourageons à adresser vos commentaires via notre page contact et/ou nous demander les réflexions sur les Pensées mensuelles des livres proposées.

Avez-vous reçu le Saint Esprit ?

La colombe

La Pensée du mois : Mai 2016

Epitre de Paul aux Ephésiens 

Quelle joie, quel privilège d’avoir été sauvé, c’était le 13 avril 1980 pour ma part, à 8h45 !

Et vous, quand était-ce ? Ce n’est peut-être pas aussi précis, aussi radical que cela fut pour moi, mais il y a un avant et un après dans la vie des enfants de Dieu. Bien des paroles de chants expriment la beauté du jour où on a enfin laissé Jésus devenir notre Sauveur. Cependant beaucoup en sont restés là.

Quand Paul arrive à proximité d’Ephèse, il croise un groupe de disciples auxquels il pose cette question « Avez-vous reçu le Saint Esprit quand vous avez cru » (Actes 19.2) ? C’est une question intéressante à plusieurs égards ; On pourrait donc croire sans avoir reçu le Saint Esprit et ailleurs il est écrit que nul ne peut dire que Jésus est le Seigneur sans lui (1 Corinthiens 12.3) ? L’expérience de l’apôtre Pierre est intéressante à cet égard puisque dans Matthieu 16.16-17, il affirme la seigneurie de Jésus et ce n’est que bien plus tard dans Actes 2 qu’il reçoit le Saint Esprit.

On pourrait multiplier les démonstrations mais vous en trouverez vous-mêmes bien d’autres dans la Bible. La vie chrétienne devrait être en constante progression et c’est sous cet angle que je vous invite à considérer cette lettre aux Ephésiens. Voici comment on peut présenter son plan :

1.1-23 : Introduction :

1-14 : Bénédictions.

15-23 : Actions de grâce.

2.1-3.21 : L’unité de l’Eglise :

2.1-10 : Notre passé

2.11-22 : C’est Christ qui fait l’unité de l’Eglise, non seulement avec les Chrétiens mais aussi avec les Juifs (malgré les hommes et toute l’histoire).

3.1-21 : Comme Paul, nous pouvons être au service de ce mystère et intercéder aussi.

4.1-6.21 : Implications :

4.1-16 : Interactions et coordinations dans le fonctionnement de l’Eglise

4.17-5.20 : Faire la différence dans ce monde.

5.21-6.9 : Les relations sociales et familiales chrétiennes.

6.10-18 : Se former, s’armer et s’entraîner pour aller de l’avant en sécurité et marquer des points.

6.19-24 : Conclusion : 

Soyez au contraire remplis de l’Esprit (5.18) !

Eugène RARD – Missionnaire de Semer

>> Nous vous encourageons à adresser vos commentaires via notre page contact et/ou nous demander les réflexions sur les Pensées mensuelles des livres proposées.

Faites votre choix aujourd’hui !

Genèse

La Pensée du mois : Janvier 2016

Genèse 

En ce début d’année 2016 et pour la toute première pensée du mois sur notre site, ce livre de la Genèse était incontournable et je vous invite à le découvrir tout à nouveau.

Il est à la base de toute la Parole de Dieu et quelqu’un disait que toute doctrine qui ne trouverait pas sa source dans ce livre ne serait pas biblique. C’est un peu simpliste mais tout de même, c’est dire l’importance de bien le comprendre. Prenez du temps pour le lire à nouveau et en lisant à peine plus d’un chapitre par jour, vous serez au bout au 31 janvier. Ne vous contentez pas de le lire mais étudiez-le. En le comprenant bien, en vous faisant votre propre cosmologie selon ce que vous en comprendrez en lien avec d’autres livres de la Bible, vous serez mieux armés en son temps pour plonger dans les profondeurs de l’eschatologie quand viendra le tour de l’Apocalypse.

En résumé, ce que Dieu a créé est bon, je ne peux imaginer un instant que mon Dieu aurait créé un monde informe et vide, sans aucun sens… L’ennemi de Dieu vient faire tout son possible pour corrompre sa création, et l’homme, le joyau parmi la multitude créée, est sa cible privilégiée. Créé libre, l’homme se laisse volontiers convaincre de vivre selon son propre désir et c’est ce qui lui vaut tous les problèmes qu’il doit traverser dès lors. Son seul espoir pour vivre une vie paisible et qui plait à Dieu se trouve dans la foi qu’il va décider de placer en son Rédempteur. Ainsi Noé et Abram, pour ne citer qu’eux, choisissent d’obéir à celui qui les interpelle. L’humanité qui le refuse court à sa perte entraînant avec elle la création entière pendant que le Seigneur se met à part un peuple qui se sanctifie de jour en jour.

Faites votre choix aujourd’hui !

Eugène RARD – Missionnaire de Semer

>> Nous vous encourageons à adresser vos commentaires via notre page contact et/ou nous demander les réflexions sur les Pensées mensuelles des livres proposées.